L’Ego est l’ennemi, de Ryan Holiday

En ce qui concerne l’ego, nous devons le détruire avant qu’il ne nous détruise. Un résumé du livre de Ryan Holiday.

Commandez Ego is the Enemy sur Amazon via ce lien affilié et contribuez à la survie et à la croissance de ce blog.

 

Introduction

Où que tu sois, quoi que tu fasses, ton pire ennemi vit toujours en toi : c’est ton ego.

L’ego est la croyance malsaine de notre propre importance. L’ego est le besoin d’être « meilleur que », « plus que », « reconnu pour ».

L’ego est à la racine de presque tous les problèmes et obstacles concevables.

« Si tu commences à croire à ta propre grandeur, c’est la mort de ta créativité. » – L’artiste Marina Abramovic

On nous dit de croire plus que tout en ce qui nous rend unique. On nous dit de penser grand, que le succès nécessite une vision ambitieuse, de vivre grand, d’être mémorable et d’oser grand.

Ce n’est pas que tu n’es pas unique et que tu n’as pas quelque chose d’incroyable à apporter durant ton court temps sur cette planète.

Mais apprends à être humble dans tes aspirations, reconnaissant dans tes succès et résilient dans tes échecs.

Ton ego n’est pas une force que tu es obligé de satisfaire à chaque tournant. Il peut être géré. Il peut être canalisé. Il peut être dirigé.

Lorsque l’on ôte l’ego, il nous reste ce qui est vrai. Ce qui remplace l’ego est l’humilité oui, mais une humilité solide comme le roc.

Le philosophe Isocrates disait à son élève Demonicus:
– Exerce ta maitrise de soi.
– Exècre les flatteurs comme tu le ferais avec les trompeurs, car les deux, si on leur fait confiance, blessent ceux qui les croient.
– Sois lent à délibérer, mais prompt à exécuter tes choix.

Si ta confiance en toi n’est pas dépendante de réels accomplissements, alors de quoi dépend-elle ? La réponse, trop souvent, est : de rien. L’ego.

« Le talent n’est que le point de départ. » – Irving Berlin
Seras-tu capable d’en tirer le maximum ?

Vois-toi avec un peu de distance, cultivant la capacité de sortir de ta propre tête. Le détachement est une sorte d’antidote naturel contre l’ego.

La capacité d’évaluer ses propres capacités est la plus importante de toutes. Sans elle, s’améliorer est impossible.

Nous allons apprendre que même si nous rêvons et pensons grand, nous devons agir et vivre petit pour accomplir ce à quoi nous aspirons.

Nos ambitions ne doivent pas être grandioses, mais itératives (un pas après l’autre), apprenant et grandissant en y mettant le temps.

 

Parle, parle, parle

« Ceux qui savent ne parlent pas.
Ceux qui parlent ne savent pas. »

– Lao Tzu

Carey Mc Williams, avant une élection à laquelle il se présentait, a écrit un livre « Moi, Gouverneur de Californie, comment j’ai mis fin à la pauvreté ». Il a perdu intérêt dans la campagne. Ses paroles ont été en avance sur sa campagne et il a perdu la volonté de combler l’écart.

Cette tentation existe pour tous : quand parler et être tendance remplacent l’action.

Il est plus facile de parler de l’acte que de le faire.

Au début de tout chemin, nous sommes excités et nerveux. Alors nous cherchons le confort à l’extérieur au lieu de le chercher à l’intérieur. Les espaces vides se remplissent avec des pensées et des paroles, faute d’action.

Nous prenons le silence pour une faiblesse. Alors nous parlons comme si notre vie en dépendait.

En fait, le silence est une force. Ne donne jamais de raisons pour ce que tu fais ou penses, sauf si tu le dois.

Le succès demande 100 % de nos efforts. Parler en évacue une partie avant même que nous puissions les faire.

Ignore l’impulsion de chercher la reconnaissance avant d’avoir agi.

Choisis si tu veux être quelqu’un ou faire quelque chose dans ce monde.

Nous tombons parfois amoureux d’une image de ce à quoi le succès ressemble.

Quel est ton but ? Quelle est ta raison d’être ? Tu es ici pour faire quoi ? Parce que ta mission aide à répondre à la question « Être ou faire ? ».

Si ce qui compte c’est toi (ta réputation, ton confort de vie), ta voie est claire : dis aux gens ce qu’ils veulent entendre et fais des compromis.

Si tu poursuis un but plus grand que toi, la question n’est pas « Qui veux-je être dans la vie ? », mais « Qu’est-ce que je veux accomplir dans la vie ? »

Si ton but est quelque chose de plus grand que toi, alors tout devient à la fois plus simple et plus difficile.

Plus simple, car tu sais ce que tu dois faire et ce qui est important.

Plus difficile, car chaque opportunité doit être évaluée selon une ligne de conduite stricte : « Est-ce que cela m’aide à faire ce que je me suis déterminé à faire ? »

 

Deviens un étudiant

Nous n’aimons pas penser que quelqu’un est meilleur que nous.

Le pouvoir d’être un étudiant n’est pas seulement que c’est une période étendue d’instruction. Cela place aussi l’ego et les ambitions dans les mains de quelqu’un d’autre.

C’est une sorte de plafond imposé. Chacun sait qu’il n’est pas meilleur que « le maître » duquel il est apprenti.

Chaque combattant pour devenir excellent a besoin d’avoir quelqu’un de meilleur que lui pour apprendre de lui, quelqu’un de moins bon qu’il peut enseigner et quelqu’un d’égal qu’il peut challenger.

 

Ne sois pas passionné

Sois au-dessus de la passion. Aie un but, une mission. Aie une direction. Ne sois pas dirigé par la passion, mais par la raison.

 

La stratégie de l’aide

Aide-toi en aidant les autres. Sois moins, fais plus.

Imagine que pour chaque personne que tu rencontres tu dois trouver un moyen de les aider. Que ferais-tu ?

Tu deviendras bon à résoudre des problèmes. Tu développeras une réputation pour être indispensable. Tu auras de nouvelles relations. Tu auras un stock de faveurs à demander.

Chaque seconde non passée à faire ton travail ou à travailler sur toi est du gaspillage de ton talent.

Tu peux commencer à tout moment.

 

Le danger de la fierté précoce

« Même les plus grandes montagnes ont des animaux qui, debout à leur sommet, sont plus haut que la montagne elle-même. » – Gengis Khan

On ne se protège pas contre les gens ou les choses qui nous font sentir bien, ou plutôt trop bien.

Nous devons nous préparer à la fierté et la tuer au plus tôt, où elle finira par tuer ce à quoi nous aspirons.

Qu’est-ce que je loupe maintenant qu’une personne plus humble verrait ?

 

Ne te raconte pas d’histoire

Au lieu de prétendre vivre une quelconque grande histoire, nous devons rester concentrés sur l’exécution – et exécuter avec excellence. Nous devons refuser les fausses couronnes et continuer à travailler sur ce qui nous a amenés ici.

 

Qu’est-ce qui est important pour toi ?

Sénèque parlait de l’euthymia : le sens ou la vision de notre propre voie et comment y rester sans être distrait par toutes les autres qui la croisent.

Être ce que tu es, et être le meilleur possible à ça, sans succomber à toutes les autres choses qui t’en éloignent.

Et s’il y avait plus d’une course à courir ? Il est critique de savoir avec qui tu es en compétition et pourquoi, pour avoir une vision claire de ton espace. C’est seulement là que tu sauras quelle course tu cours.

Ne te compare pas aux autres. Ne compare pas tes résultats avec les leurs. Chacun court sa course. Rappelle-toi de la course que tu cours et que c’est la tienne.

 

Reste sobre

En faisant le silence autour de toi, tu peux entendre la voix calme que tu dois écouter. La créativité est réception et reconnaissance.

Si tu veux vivre heureux, vis caché. Les gens les plus couronnés de succès sont ceux dont tu n’as jamais entendu parler. Ils veulent que cela reste ainsi. Cela les garde sobres. Cela les aide à faire leur travail.

Plus d’obsession à propos de son image. Plus de comparaison dans ses relations.

 

Temps mort ou vivant ?

Les temps morts reviennent à la vie quand nous les utilisons comme une opportunité pour faire ce que nous devions faire depuis longtemps.

La vie est pleine de temps morts. Leur occurrence n’est pas de notre contrôle. Comment nous les utilisons, si.

 

L’effort suffit

« Le succès est la tranquillité d’esprit, qui est le résultat direct de la satisfaction de soi quand tu sais que tu as fait l’effort de faire de ton mieux pour devenir le meilleur que tu es capable de devenir. » – Josh Wooden

Fais ton boulot. Fais-le bien. Ensuite, « let go et let God ».

La reconnaissance et les récompenses ne sont que des extras.

« L’ambition veut dire lier ton bien-être à ce que les autres disent ou font. Le bon sens est de le lier à tes actions. » – Marc Aurèle

On ne peut laisser les choses extérieures déterminer si quelque chose valait le coup ou non. C’est à nous de le faire. Faire le boulot suffit.

 

L’ego sera toujours l’ennemi

On s’entoure de conneries. Avec des distractions, avec des mensonges à propos de ce qui nous rend heureux ou de ce qui est important. On devient des gens que nous ne devrions pas devenir et nous nous engageons dans des habitudes horribles et destructrices.

L’obsession avec le passé, avec quelque chose que quelqu’un a fait ou comment les choses auraient dû être, autant que cela blesse, c’est de l’ego incarné.

Tout le monde est passé à autre chose, mais tu ne peux pas, parce que tu ne peux voir que de ta manière. Tu ne peux pas concevoir accepter que quelqu’un ait pu te blesser, délibérément ou non. Alors tu hais.

Est-ce que cela te rapproche d’où tu veux être ? NON. Cela te garde où tu es. Ou pire : cela arrête ton développement entier. Même si nous réussissons déjà, cela ternit notre héritage et rend amer ce qui devrait être nos années dorées. En attendant, l’amour est juste là.

« Je n’aime pas travailler – aucun homme n’aime ça – mais j’aime ce qui est dans le travail : la possibilité de se trouver. » – Joseph Conrad

 

Commandez Ego is the Enemy sur Amazon via ce lien affilié et contribuez à la survie et à la croissance de ce blog.