Montrez votre travail ! d’Austin Kleon

Comment faire connaitre votre travail créatif à l’ère numérique. Résumé des idées et leçons du livre d’Austin Kleon.

Commandez Montrez votre travail ! sur Amazon et contribuez à la survie de ce blog.

 

Une nouvelle méthode

Vous ne trouvez pas réellement une audience pour votre travail : c’est elle qui vous trouve. Mais ce n’est pas assez pour être bon. Pour être trouvé, vous devez être trouvable.

Presque toutes les personnes que je suis et à qui j’essaie de voler des idées, qu’importe leur profession, ont inclus le partage dans leurs habitudes.

 

Vous n’avez pas à être un génie

Les idées géniales naissent souvent au sein d’un groupe d’artistes créatifs, de penseurs, de théoriciens, de curateurs qui forment un « écosystème de talent ».

La créativité est toujours une collaboration, le résultat d’esprits connectés les uns aux autres.

Parce qu’ils ont si peu à perdre, les amateurs sont prêts à tout essayer et à en partager les résultats. L’élève peut être plus utile que le maitre, car il sait moins. L’élève peut expliquer la difficulté qu’il vient de rencontrer. L’expert l’a rencontré il y a si longtemps qu’il l’a oubliée.

Les amateurs utilisent n’importe quels outils à leur disposition pour partager leurs idées au monde.

Le meilleur moyen de commencer à partager votre travail est de penser à ce que vous voulez apprendre et à vous engager à l’apprendre devant les autres.

Ne vous inquiétez pas, pour l’instant, de comment vous allez gagner de l’argent ou en faire une carrière. Oubliez l’idée de devenir un expert ou un professionnel et habillez-vous de votre amateurisme (votre cœur, votre amour d’amateur).

Partagez ce que vous aimez. Les personnes qui aiment les mêmes choses vous trouveront.

Le seul moyen d’utiliser votre voix est de l’utiliser. C’est déjà en vous. Parlez de ce que vous aimez. Vous trouverez naturellement votre voix.

Si vous voulez que les gens sachent ce que vous faites et les choses que vous avez à cœur, alors vous devez les partager.

« Vous rappeler que vous allez mourir est le meilleur moyen que je connais pour éviter le piège de croire que vous avez quelque chose à perdre. Vous êtes déjà nu. » — Steve Jobs

Les nécrologies sont comme des expériences de mort imminente pour les lâches. Les lire est un moyen pour moi de penser à la mort tout en la gardant à distance.

 

Pensez processus et non résultat

Comme dans tout type de travail, il y a une distinction entre le processus du peintre et le produit de ce processus.

« Pour tous les spectateurs à part vous, ce qui compte est le produit : la pièce d’art terminée. Pour vous et vous seul, ce qui compte est le processus : l’expérience de donner forme à votre pièce d’art. » – Citation du livre « Art and Fear »

Partager votre processus peut être plus précieux si le produit de votre travail ne peut pas être partagé facilement, si vous êtes encore dans la phase d’apprentissage de votre travail, si vous ne pouvez pas claquer un portfolio qui parle de lui même, ou si votre processus ne mène pas forcément à des produits finis tangibles.

Devenez un documentariste de ce que vous faites. Commencez un journal de travail. Écrivez vos pensées dans un carnet ou enregistrez-les à l’audio. Utilisez un scrapbook. Prenez beaucoup de photos de votre travail à différentes étapes de votre processus.

 

Partagez quelque chose de petit chaque jour

Bâtir une œuvre conséquente dure une vie. En réalité et heureusement, vous n’avez pas besoin de ce temps en un gros morceau. Oubliez les décennies, oubliez les années, oubliez les mois. Concentrez-vous sur les jours.

La journée est la seule unité de temps que je peux vraiment cerner.

Une fois par jour, après avoir fait votre travail, retournez à votre documentation et trouvez un petit morceau de votre processus que vous pouvez partager.

Un envoi quotidien est encore mieux qu’un CV ou qu’un portfolio, parce qu’il montre ce sur quoi nous travaillons à cet instant.

Les médias sociaux sont l’endroit parfait pour partager des nouvelles quotidiennes. Ne cherchez pas à être sur toutes les plateformes. Choisissez en fonction de ce que vous faites et des personnes que vous cherchez à atteindre.

Ne montrez pas votre déjeuner ou votre café, montrez votre travail.

Ne vous inquiétez pas si tout ce que vous postez n’est pas parfait. L’auteur de science-fiction Theodore Sturgeon a dit un jour que 90 pourcent de tout est mauvais.

J’aime écrire quand le monde dort et partager quand le monde est au boulot.

« Un jour à la fois. Cela semble simple. C’est en effet simple, mais ce n’est pas facile. Cela demande un soutien incroyable et une structuration délicate. » – Russell Brand

Comme le dit la publicitaire Lauren Cerand : « Poste comme si chaque personne qui te lit avait le pouvoir de te virer ».

Si vous n’êtes pas sûr de partager quelque chose ou non, attendez 24 heures.

« Si vous travaillez sur quelque chose un petit peu chaque jour, alors vous finirez avec quelque chose d’énorme. » – Kenneth Goldsmith

« Stock et flux » est un concept économique adapté par l’auteur Robin Sloan en une métaphore pour les médias : « Le flux c’est les publications et les tweets. C’est le courant quotidien de nouvelles qui rappelle aux gens que vous existez. Le stock c’est ce qui est durable. C’est le contenu que vous produisez qui sera tout aussi intéressant dans deux mois (ou deux ans) qu’aujourd’hui. C’est ce que les gens découvrent par les recherches. C’est ce qui se partage lentement mais sûrement, qui construit votre base de fans dans le temps. »

Vous pouvez convertir votre flux en stock. Par exemple, beaucoup d’idées de ce livre ont commencé par être des tweets, qui sont devenus des articles de blog, qui sont devenus des chapitres de livre. Les petites choses deviennent grandes avec le temps.

 

Ouvrez votre cabinet de curiosités

Ne pensez pas à votre site web comme une machine d’autopromotion. Considérez-le comme une machine d’auto-invention. En ligne, vous pouvez être la personne que vous voulez réellement être. Remplissez votre site web avec votre travail, vos idées et les choses qui vous importent.

« Préoccupez-vous de faire du bon travail… et vous vous bâtirez une bonne réputation. À la longue, votre nom deviendra sa propre crédibilité. » William Burroughs

Avant de sauter le pas et partager notre propre travail au monde, nous pouvons partager nos préférences dans les travaux des autres.

« Je ne crois pas aux plaisirs coupables. Si vous aimez quelque chose, aimez-le. » – Dave Grohl

Quand vous trouvez quelque chose que vous aimez sincèrement, ne laissez personne vous faire sentir mal de l’aimer. Ne vous sentez pas coupable des plaisirs que vous prenez avec ce que vous appréciez. Célébrez-les.

N’essayez pas d’être cool ou tendance. Être ouvert et honnête à propos de ce que vous aimez est le meilleur moyen de vous connecter avec les personnes qui aiment aussi ces choses.

Une autre forme attribution que nous négligeons souvent est où nous avons trouvé le travail que nous partageons.

En ligne, la plus importante des formes d’attribution est le lien qui pointe vers le site du créateur de ce travail.

 

Racontez de bonnes histoires

« Quand vous montrez un objet, donnez un plat, montrez un visage à quelqu’un, son évaluation de combien il l’apprécie (ou de combien il le trouve intéressant) est hautement influencé par ce que vous lui raconter à son propos. » – Paul Bloom, professeur de psychologie.

Les êtres humains veulent savoir d’où viennent les choses, comment elles sont faites et qui les a faites. Les histoires que vous racontez à propos de votre travail ont un impact énorme sur comment les gens ressentent et comprennent votre travail. Et comment les gens ressentent et comprennent votre travail affecte comment ils l’évaluent.

Si vous voulez être plus efficace quand vous partagez votre travail, alors vous devez devenir un meilleur storyteller. Vous devez savoir ce qu’est une bonne histoire et comment la raconter.

Un bon pitch comprend trois actes : le premier acte est le passé, le deuxième acte est le présent et le troisième acte est le futur.

Enlevez tous les adjectifs de votre bio. Si vous prenez des photos, vous n’êtes pas un « aspirant » photographe et vous n’êtes pas un photographe « génial » non plus. Vous êtes un photographe.

 

Enseignez ce que vous savez

Enseigner les autres ne veut pas dire obtenir instantanément une compétition. Juste connaitre la technique du maitre ne permet pas de la reproduire de suite.

Dès que vous apprenez quelque chose, retournez-vous et enseignez-la aux autres. Partagez votre liste de lecture. Indiquez des ressources utiles. Créez des tutos et postez-les en ligne.

Comme le dit la blogueuse Kathy Sierra : « Aidez les gens à devenir meilleurs à ce à quoi ils veulent devenir meilleurs. »

Enseigner les autres n’enlève pas de valeur à ce que vous faites, cela en ajoute plutôt. Quand vous enseignez quelqu’un à faire votre travail, vous générez en fait plus d’intérêt pour votre travail.

Mieux que tout, quand vous partagez votre savoir et votre travail avec les autres, vous êtes enseigné en retour.

 

Ne devenez pas un spam humain

Bien sûr, ne devez pas un spam humain. J’ai vu de nombreuses personnes intéressantes et couronnées de succès le devenir petit à petit. Le monde tourne petit à petit autour d’eux et de leur travail. Ils ne trouvent pas le temps d’être intéressés par autre chose qu’eux-mêmes.

Si vous voulez des fans, vous devez d’abord en devenir un. Si vous voulez être accepté par une communauté, vous devez d’abord être un bon citoyen de cette communauté.

Si vous voulez recevoir, vous devez donner. Si vous voulez être remarqué, vous devez remarquer d’autres personnes.

Arrêtez de vous préoccuper du nombre de personnes qui vous suivent en ligne et commencez à vous préoccuper de la qualité des personnes qui vous suivent.

Ne parlez pas aux personnes à qui vous ne voulez pas parler. Et ne parlez pas des choses dont vous ne vous voulez pas parler.

Il est vrai que la vie dépend de « qui vous connaissez ». Mais qui vous connaissez dépend largement de qui vous êtes et de ce que vous faites. Et les personnes que vous connaissez ne peuvent rien pour vous si vous ne faites pas du bon travail.

Faites ce que vous aimez et parlez de ce que vous aimez et vous attirerez les personnes qui aiment ces choses. C’est aussi simple que ça.

« Qu’importe ce qui vous excite, allez le faire. Qu’importe ce qui vous plombe, arrêtez de le faire » – Derek Sivers

Brancusi utilisait ce que j’appelle le Test du Vampire. C’est une manière simple de savoir qui vous devez laisser entrer et sortir de votre vie. Si vous vous sentez épuisé et vidé après avoir passé du temps avec quelqu’un, alors cette personne est un vampire. Si vous vous sentez plein d’énergie après avoir été avec cette personne, alors elle n’est pas un vampire. Bien sûr, le Test du Vampire fonctionne avec de nombreuses choses de nos vies et pas seulement avec nos relations. Vous pouvez l’appliquer aux projets, hobbies, lieux, etc.

On ne peut pas soigner les vampires. Si vous vous trouvez en présence de vampire, bannissez-le de votre vie à jamais.

Vos pairs sont ces personnes qui partagent vos obsessions, la même mission que la vôtre et un respect mutuel. Il n’y en aura qu’une poignée, mais ils sont si importants. Faites ce que vous pouvez pour nourrir votre relation avec ces personnes. Chantez leurs louanges à l’univers. Invitez-les à collaborer. Montrez-leur votre travail avant n’importe qui d’autre. Appelez-les et partagez vos secrets. Gardez-les aussi près que possible.

 

Apprenez à encaisser les coups

La mauvaise critique n’est pas la fin du monde. À ce que je sache, personne n’est mort d’une mauvaise critique. Prenez une profonde inspiration et accepte ce qui arrive.

Le moyen d’être capable d’encaisser les coups est de s’entrainer à en prendre beaucoup. Sortez beaucoup de travail. Laissez les gens tenter leur chance. Puis fournissez encore plus de travail et partagez-le au monde. Plus vous obtenez de critiques, plus vous réalisez qu’elles ne peuvent pas vous blesser.

Chaque critique est une opportunité pour un nouveau travail. Vous ne pouvez pas contrôler quelle sorte de critique vous recevez, mais vous pouvez contrôler comment vous réagissez. Parfois, quand quelqu’un déteste quelque chose à propos de votre travail, c’est amusant d’exagérer cet élément. De créer quelque chose qu’il détestera encore plus. Que certaines personnes détestent votre travail est un honneur.

Si votre travail est trop sensible ou trop intime pour être exposé à la critique, alors gardez-le caché.

Vous devez vous rappeler que votre travail est quelque chose que vous faites, mais votre travail n’est pas qui vous êtes.

« L’astuce est de ne pas se soucier de ce que TOUT LE MONDE pense de vous et de se soucier uniquement de ce que les BONNES personnes pensent de vous. » – Brian Michael Bendis

Un troll est une personne qui n’est pas intéressée par l’amélioration de votre travail, mais uniquement par la provocation. Vous ne gagnez rien en échangeant avec ces personnes. Ne les nourrissez pas et ils s’en iront généralement par eux-mêmes.

Ma femme aime dire « Si quelqu’un faisait ces besoins dans le salon, tu ne les laisserais pas là, n’est-ce pas ? ». C’est la même chose pour les commentaires désagréables. Vous devez les ramasser et les jeter à la poubelle.

Vous pouvez même envisager de désactiver complètement vos commentaires. Laisser la possibilité de commenter est la même chose qu’inviter à commenter.

Laissez les gens vous contacter directement ou laissez-les copier votre travail sur leur propre espace pour en parler autant qu’ils veulent.

 

Vendez-vous

Nous devons oublier le mythe romantique de l’artiste affamé et de l’idée que gagner de l’argent corrompt la créativité.

Ne soyez pas jaloux quand les personnes que vous aimez réussissent. Célébrez leur victoire comme si c’était la vôtre.

Si vous avez du travail qui nécessite du capital, des plateformes comme Kickstarter et Indiegogo permettent de soulever des fonds facilement en offrant des récompenses aux donateurs.

Je crée quelque chose et le vends pour de l’argent. Au lieu d’avoir un bouton « don » sur mon site, j’ai des boutons « achetez-moi » et « embauchez-moi ». Mais même si j’opère comme un vendeur traditionnel, j’utilise les mêmes tactiques qu’un leveur de fonds : j’essaie d’être honnête à propos de mon processus, je me connecte avec mon audience et je leur demande leur soutien en m’achetant ce que je vends.

Attention à vendre ce que vous aimez : quand on demande aux gens de sortir leur portefeuille, vous découvrez combien ils valorisent vraiment ce que vous faites.

 

Restez en contact

Même si vous n’avez rien à vendre tout de suite, vous devez toujours collecter les adresses email des gens qui croisent votre travail et veulent rester en contact.

Le modèle est simple : offrir de super choses gratuitement sur son site, collecter les emails, et quand vous avez quelque chose de remarquable à partager ou vendre, envoyez un email. Vous serez étonné à quel point ce modèle fonctionne.

 

Commandez Montrez votre travail ! sur Amazon et contribuez à la survie de ce blog.

Recevez mon prochain article directement par email.

VOUS AIMEREZ AUSSI :