Voyager en étant à son compte

Mon grand-père paternel a voyagé dans plus d’une centaine de pays. Ma famille maternelle vit en Finlande. J’ai étudié le commerce international aux États-Unis.

Mon envie de voyager grandissait avec moi.

Quelle excitation quand j’ai découvert l’histoire d’entrepreneurs qui avaient créé des entreprises de manière à pouvoir parcourir le monde !

Je rêvais de les imiter en lançant mon business pour partir vivre en Asie. Ce n’est que cinq ans plus tard que j’ai vécu ma première expérience de « digital nomade » avec ma femme Keïna.

Qu’est-ce qu’un digital nomade ? C’est une personne qui n’a besoin que d’un ordinateur et d’une connexion Internet pour travailler et qui profite de sa mobilité pour voyager. Il part le plus souvent dans des régions où la vie coute moins cher (Europe de l’Est, Asie du Sud-Est, Amérique du Sud).

Alors qu’est-ce qui se cache derrière cette vie de rêve ?

Je vous raconte notre aventure.

 

Première expérience nomade

Fin 2016, nous sommes partis quatre mois en Asie du Sud-Est, où nous avons visité trois pays : la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam.

Quelques jours après notre arrivée à Phuket en Thaïlande.

Les pays

La Thaïlande : nous avons passé 2 mois et demi entre les belles plages de Phuket, la grande ville de Bangkok et Chiang Mai au Nord (le « paradis » des digital nomades).

Le Cambodge : nous avons suivi pendant 3 semaines Timothée Paton qui y a dédié 19 ans de sa vie aux enfants des rues. Il nous a permis de découvrir le pays autrement, en nous éloignant du parcours des touristes.

Le Vietnam : nous sommes restés 10 jours dans la capitale, Hanoï, pour des questions de visa et nous en avons profité pour découvrir la magnifique baie d’Along.

Le logement

Nous avons réservé des appartements Airbnb (lien de parrainage) de longue durée pour la grande majorité de l’expérience. Les tarifs étaient de moins de 400 € par mois pour la Thaïlande et de 5 € par nuit pour le Vietnam.

Au Cambodge, nous suivions notre ami Timothée Paton et nous avons donc logé dans les mêmes hôtels que lui. Impossible de réserver des appartements puisque nous devions être mobiles.

Nous avons aussi su nous faire plaisir avec de beaux hôtels, durant notre visite des temples d’Angkor au Cambodge et pour les derniers jours de notre voyage à Bangkok. Nous avons trouvé les hôtels via Booking. Une fois sur deux, nous avons décroché de meilleurs prix encore, en contactant l’hôtel trouvé pour une réservation directe.

Hôtel de luxe à Bangkok : un bon prix repéré sur Booking, encore plus bas en le réservant directement

Le travail et les finances

J’ai continué à travailler pour mes clients depuis l’Asie. Je gérais la communication web de plusieurs entreprises. Ma femme m’aidait pour certaines missions.

Avant le départ, nous avions déjà fait quelques réservations avec nos économies : nos billets Europe/Asie, quelques vols sur place et les logements pour deux mois. Pour le reste, c’est mon activité sur place qui finançait notre quotidien et nos extras.

Vous allez voir comment nous nous sommes organisés, mais je vais d’abord vous présenter quelques avantages.

Et justement, les avantages sont nombreux !

 

Les kiffs du digital nomade

Découvrir de nouveaux pays. Le voyage forme la jeunesse. Je vous épargne les clichés sur la découverte de nouvelles cultures et de nouveaux horizons. Mais mes périodes de vie à l’étranger correspondent toujours à des temps forts pour mon développement et ma compréhension du monde.

Vivre de supers expériences. Vivre des expériences rend heureux. Mes souvenirs les plus intenses sont ceux de beaux moments vécus et non des choses que j’ai pu m’acheter ou recevoir. Comme par exemple les îles paradisiaques de Koh Phi Phi, la baie d’Along, les temples d’Angkor ou encore jouer dans la boue avec des éléphants.

Keïna et sa nouvelle amie Mickey, à Elephant Nature Park (Thaïlande)

Prendre du recul. Voir sa vie objectivement est plus facile lorsque l’on est loin de tous ses repères habituels. Nous sommes partis quelques jours avant notre deuxième anniversaire de mariage : parfait pour éviter de nous installer dans notre zone de confort. Durant ce voyage j’ai décidé d’arrêter l’alcool et de commencer à lire tous les jours.

Profiter du décalage horaire. Avoir 6 heures d’avance aide à satisfaire ses clients. J’adorais cette sensation de me lever, bosser le matin et terminer ma journée avant même que mes clients n’arrivent au bureau. Ils avaient tout ce dont ils avaient besoin dès qu’ils allumaient leur ordinateur. J’étais en train de boire un milkshake coco.

Se faire plaisir pour moins cher. Bien choisir les pays de son itinéraire permet de faire de belles économies. Nous avons vécu des soirées inoubliables dans des restaurants au bord de l’eau à Phuket ou sur les rooftops des buildings de Bangkok… pour le même prix qu’un restaurant classique à Mulhouse !

Se contenter de l’essentiel. Être mobile implique voyager le plus léger possible. C’est l’occasion de réfléchir à ce qui est important et ce dont on a réellement besoin au quotidien. D’ailleurs, nous prévoyons d’emporter moins de matériel vidéo pour nos prochaines aventures.

Alors comment faire pour mettre toutes les chances de son côté et vivre une super expérience de digital nomade ?

 

Réussir son expérience de digital nomade

Avant de partir, j’ai mis toutes les chances de mon côté pour que notre vie de digital nomades soit la plus agréable possible.

Avoir le wifi. Une bonne connexion Internet est une question de survie. Il est indispensable de prévoir un bon débit wifi, dans l’appartement loué ou dans un café de hipster pas trop loin. Pour un digital nomade, le niveau 0 de la pyramide des besoins selon Maslow, c’est le wifi.

La pyramide de Maslow du digital nomade

Avoir une certaine autonomie. Plus la communication est efficace, moins il y aura d’échanges superflus. La clé est d’apprendre à écouter les besoins de son client et à le satisfaire. Tout le monde est gagnant si vous faites votre job sans avoir besoin de 10 allers-retours pour chaque décision.

Prévenir ses clients en avance. Un client sera emballé s’il comprend qu’être à l’étranger n’affectera pas votre travail et sera même bénéfique à votre mission ! À vous d’identifier les barrières possibles pour les lever. À vous de trouver les avantages pour votre client pour les lui présenter. La communication est importante dans un couple 😉

Voyager léger. Avoir moins et vivre heureux, c’est tout aussi vrai en voyageant ! Plus votre valise est légère, plus vous serez mobiles, plus vous économiserez, plus vous serez détendus, plus vous profiterez de votre vie de digital nomade.

Avoir tous les documents disponibles. Il faut espérer le meilleur mais se préparer au pire. J’avais tous les documents nécessaires bien classés et disponibles en plusieurs exemplaires : sur mon ordinateur, sur le cloud, sur une clé USB par valise et en version papier. Papiers d’identités, visas, assurance voyage, documents santé, billets, réservations.

Savoir ce que vous voulez. Comme pour le voyage, il y a mille façons de vivre son expérience de digital nomade. Au fil des semaines, nous avons découvert ce que nous voulions vraiment vivre et ce qui nous intéressait moins (en termes d’expériences, de confort, de rythme de vie, de budget). Et suivre les tendances sur Internet n’est pas forcément ce qui maximisera votre bonheur.

Mais tout n’est pas rose : la vie de digital nomade connait aussi ses inconvénients…

 

La face caché de la vie de digital nomade

J’ai adoré ce temps de vie avec ma femme à l’autre bout du monde. Mais il y a des inconvénients que je n’avais pas prévus ou envisagés. Voici le côté obscur du digital nomade auquel je serai plus préparé à l’avenir.

Quand tu es heureux d’avoir trouvé un Airbnb à 5€ la nuit pour un séjour imprévu au Vietnam.

La famille et les amis vous manquent. C’est évident et je n’ai pas remède pour soigner le mal du pays. À part profiter un maximum du temps loin de ses proches et faire de même lorsque l’on est auprès d’eux.

Ni des vacances, ni une expatriation. Être digital nomade c’est voyager, mais aussi travailler. Il faut donc trouver le bon rythme. On ne peut ni bien travailler ni bien découvrir le pays en changeant trop souvent de lieu. Notre solution est de faire la distinction entre les périodes de travail (vivre plus lentement) et les périodes de loisirs (vivre plus intensément).

Garder des routines. La clé du succès est d’avoir de bonnes habitudes. Garder ses bonnes habitudes est plus difficile quand on change régulièrement d’environnement. Aujourd’hui, j’ai des critères plus clairs pour les appartements et localisations où habiter. Pour maintenir nos routines en termes de travail, mais aussi sport, projets créatifs, sommeil et nourriture.

Bien choisir sa banque. Les frais s’accumulent vite si vous partez en dehors de la zone euro. Nous avions rencontré notre banquier avant le départ et son aide était plus du bricolage qu’une offre spécifique pour ce genre de projet de jeunes aux envies bizarres. Il existe des banques en lignes qui proposent des cartes de crédit plus adaptées, mais je vous épargne la liste et les liens sponsorisés.

Prévoir un budget plus large. Vous pensez pouvoir vous contenter de X euros pour les sorties, pour le logement ou les restaurants. Mais la réalité est toute autre sur place. Vous serez à l’autre bout du monde, vous vous direz que ça n’arrive pas si souvent alors vous sortirez les billets (surtout si c’est moins cher qu’en France). Payer dans une autre devise peut aussi faire perdre la valeur de l’argent. Mon conseil est de faire votre budget mensuel et de le multiplier par deux pour être large. Au mieux, vous aurez des économies de disponibles.

Ne pas s’attacher à la nouveauté pour la nouveauté. Nouveau n’est pas forcément mieux. Les premières semaines, nous voulions faire tout ce qu’il était possible de faire. Petit à petit, nous avons affiné nos envies. Notre to-do list s’est allégé pour gagner en qualité.

Ne pas devenir un influenceur Instagram. Ce voyage est pour vous. Faites ce qui vous fait vraiment plaisir. Faites ce que vous feriez s’il n’y avait aucun « public » qui vous suivait sur les réseaux sociaux. Le danger est de devenir un « influenceur Instagram qui parcourt le monde » et qui finit par faire des choix en fonction des likes. Pire encore, commencer à se comparer aux autres et perdre de vue ce qui est important pour soi.

 

Se jeter à l’eau

L’expérience de digital nomade vous sortira de votre zone de confort. De manière extrême parfois, puisque c’est la combinaison du freelancing et du voyage, deux projets déjà challengeant en soi.

L’aventure n’attend pas.

Mais ces quatre mois en Asie du Sud-Est font partie des meilleures périodes de ma vie. Les bons moments restent gravés dans votre mémoire. Les galères deviennent de bons souvenirs.

Sans chercher l’extraordinaire ou le tape à l’œil, les expériences les plus simples suffisent à grandir et à vivre des temps magnifiques.

Partir loin permet de revoir ce que l’on pense, ce que l’on croit et ce que l’on choisit. Être digital nomade permet de voir ce que l’on aime et aime moins pour faire des choix de vie qui nous correspond. Pour finalement peut-être même décider de s’installer à un seul endroit.

Bon voyage !

 

Recevez mon prochain article directement par email.

VOUS AIMEREZ AUSSI :